Dispositifs particuliers

GAP DOCUMENTATION

Un GAP constitue un dispositif de formation « mixte », mettant en œuvre différents types d’ingénierie : une ingénierie « naturelle » fondée sur l’analyse des pratiques lors de constructions collaboratives de ressources pédagogiques et didactiques qui sont ensuite testées en classe ; une ingénierie de type classique et transmissive qui est privilégiée lors des journées de formation en région. Ce groupe de travail accompagne l’évolution des compétences en lien avec la production et l’évolution de l’activité enseignante. Au sein du GAP Documentation le travail d’animation et de professionnalisation porte ainsi sur l’actualisation des savoirs dans le domaine des Sciences de l’information et de la communication en lien avec l’évolution des prescriptions par le biais de l’analyse des pratiques. Les travaux utilisent les apports des Sciences de l’information et de la communication, de la théorie de l’action conjointe en didatique (TACD) (Sensevy, 2011), de la caractérisation du discours lié aux pratiques d’étude et d’enseignement dans une perspective vygotskienne (Mortimer et Scott, 2003) et de la transposition didactique (Chevallard, 1985). Un des objectifs est d’élaborer un cadre innovant pour analyser une séance pédagogique, en lien avec l’enseignement prescrit de concepts en information-documentation. Ce cadre vise à fonder les savoirs à enseigner sur leurs savoirs scientifiques de référence, dans des « savoirs savants » (Chevallard, 1991).

Les travaux menés depuis 2012 par ce dispositif d’accompagnement en documentation, la démarche de recherche est ancrée dans le dispositif de la recherche collaborative, et plus précisément de la recherche orientée par la conception (RoC) du point de vue de la méthodologie déployée. Si les visées de cette recherche sont pragmatiques et heuristiques, l’objectif est également de prendre en compte « la complexité des situations étudiées » (Wang et Hannafin, 2005). Les conditions de la recherche sont alors qualifiées d’écologiques (O’Donnell, 2004) au sens où le contexte dans lequel elle se déroule devient un laboratoire naturel (Sandoval & Bell, 2004). Ce laboratoire naturel est le lieu d’un partenariat tel que défini par E. Mazalon et B. Bourassa à savoir, une « entente entre des parties qui partagent des intérêts pouvant faire l’objet d’un projet qu’elles désirent construire et réaliser ensemble en utilisant la complémentairté de leurs ressources respectives » (Boussara, Mazalon, 1999, p. 221-223). En ce sens, le travail collaboratif est engagé entre les chercheurs et les « acteurs des milieux de pratique en éducation » (Ibid.) parce qu’ils éprouvent non seulement le « besoin de chercher » mais qu’ils partagent également le « goût de chercher » (Ibid.).

 

LEA MESNEA

LEA : Lieux d’éducation associés à l’IFE (Institut Français de l’Education)

MESNEA : Médiations des savoirs et ESpaces d’apprentissage à l’aune du Numérique éducatif dans l’Enseignement Agricole.

Le projet initial d’un groupe de l’équipe pédagogique de Tulle-Naves concerne la lutte contre le décrochage des élèves de 3ème, décrochage entendu comme un désintérêt pour l’apprentissage et non nécessairement comme le départ de l’établissement ou du système scolaire. Pour ce faire, ils ont testé de nouvelles pratiques d’enseignement afin de travailler sur la motivation et redonner le goût et du sens aux apprentissages. Pour ne citer qu’une partie de ces dispositifs, il s’agit par exemple de la mise en place de séances interdisciplinaires, de la réorganisation des espaces et des temps d’enseignement et d’apprentissage, qui impliquent donc de nouvelles pratiques, ou encore de l’utilisation du numérique dans les séances d’enseignement.

La demande qui a été faite auprès d’un groupe de formateurs et chercheurs de l’Ensfea est d’enrichir les expérimentations qui s’inscrivent dans le cadre de la réforme du collège et du Diplôme National du Brevet et d’accompagner le projet pédagogique par la recherche. Ainsi des besoins en formation se sont fait jour ainsi que des premières pistes de questionnement en recherche.

En termes de recherche, ce projet s’inscrit dans une démarche collaborative entre enseignants et chercheurs. Plusieurs approches sont envisagées pour répondre à la demande du terrain et aux exigences de la recherche : Médiation des savoirs et approches didactiques ; Analyse des dispositifs ; Analyse des pratiques d’enseignement innovantes ; Analyse de l’usage du numérique éducatif et incidences sur l’apprentissage ; Développement professionnel des enseignants.

Ce projet de recherche a donné lieu à plusieurs communications lors des journées d’études bisannuelles de l’IFE consacrées aux LEA et lors des 8ème rencontres internationales des LEA à l’IFE de Lyon le 22-23 mai 2018.

 

AGREENIUM

IDEFI’N Agreencamp : évaluation des apprentissages médiatisés dans les MOOC d’agreenU

Projet AgroEcoDoc : étude des rapprochements entre bibliothèque, services TICE et services pédagogie

Collaboration avec les établissements de ToulouseTech : Projet Canevas, encadrement d’un stagiaire pour l’étude des usages des Learning Centre et salles de pédagogie active

 

 

Haut de page ↑  
Secured By miniOrange